Préparations Magistrales
by Aprium

Votre Dose Quotidienne de Bien-être by Aprium

Votre Dose Quotidienne de Bien-être

ARTICLE

Dépister l’hypercholestérolémie chez l’enfant

Par Brigitte-Fanny COHEN le 19/08/2019


Brigitte-Fanny COHEN

Née en 1972, Chroniqueuse santé

@b_cohen1972

Experte en actu santé, Brigitte-Fanny Cohen rédige chaque jour des chroniques sur les innovations thérapeutiques et les astuces pour venir à bout des maux du quotidien.


Lors du congrès de la Société Française de Pédiatrie qui s’est tenu à Paris fin juin, les spécialistes ont lancé l’alerte : attention aux enfants qui présentent un excès de cholestérol d’origine familiale. 90% d’entre eux ne sont pas dépistés.

L’hypercholestérolémie familiale (HF) se caractérise par une élévation du LDL cholestérol dès la naissance.

Il ne s’agit donc pas d’enfants qui mangent gras et sucré toute la journée : ils sont génétiquement programmés pour mal éliminer le mauvais cholestérol. Cette maladie génétique peut se transmettre de génération en génération et ce n’est pas une maladie rare puisqu’elle touche un nouveau-né sur 300.


300 000 à 500 000 Français de moins de 18 ans sont concernés… Or 90% ne seraient pas dépistés !

Le risque est grand : c’est celui de faire une accident vasculaire-cérébral avant l’heure, dû à cet excès de cholestérol qui bouche progressivement les artères. Ainsi, des infarctus du myocarde et des AVC – parfois mortels- peuvent survenir brutalement chez des jeunes de 20 ou 25 ans. Ils peuvent être évités.



Des statines dès le plus jeune âge


« Pour cela, il faut dépister l’HF dans trois situations, par une simple prise de sang vers 6-8 ans pour doser le cholestérol : lorsque l’un des grands-parents ou parents a une HF ; lorsqu’il y a, parmi les ascendants, un accident cardio-vasculaire prématuré avant 55 ans chez les hommes, avant 60 ans chez les femmes ; et lorsque les parents biologiques ne sont pas connus : enfants adoptés ou nés par PMA par exemple », indique le Pr Patrick Tounian, chef du service nutrition et gastro-entérologie pédiatriques de l’hôpital Armand Trousseau à Paris.


Les enfants doivent alors limiter les apports en graisses animales (charcuteries, viandes grasses…), réduire les graisses cachées dans les aliments industriels (viennoiseries, biscuits..) et consommer des aliments riches en fibres. Mais si ce régime n’est pas suffisant pour faire baisser le cholestérol, ils se verront prescrire des statines.

« C’est très important de commencer ce traitement dès l’enfance, car il va empêcher le mauvais cholestérol d’encrasser les artères. Les parents peuvent être rassurés : il n’y a pas d’effets indésirables graves chez l’enfant », poursuit le Pr Tounian.


Néanmoins les enfants traités par statines doivent bénéficier d’un suivi tous les ans afin de contrôler que le cholestérol reste bas, surtout au moment de la puberté. Ce traitement leur évitera de se retrouver dans des situations à risque d’infarctus ou d’AVC.


Brigitte-Fanny COHEN


Partager


Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies afin de vous proposer des contenus personnalisés, analyser notre trafic et optimiser nos services. En savoir plus