Préparations Magistrales
by Aprium

Votre Dose Quotidienne de Bien-être by Aprium

Votre Dose Quotidienne de Bien-être

ARTICLE

Myopie : une augmentation des cas chez les enfants avec le confinement

Par Brigitte-Fanny Cohen le 09/03/2021


Brigitte-Fanny Cohen

Chroniqueuse santé

Experte en actu santé, Brigitte-Fanny Cohen rédige chaque jour des chroniques sur les innovations thérapeutiques et les astuces pour venir à bout des maux du quotidien.


Cette étude, publiée dans la revue JAMA Ophtalmocology, révèle que le nombre d’enfants de 6 ans atteints de myopie a été multiplié par trois à l’issue du premier confinement, entre février et mai 2020. En cause, selon les chercheurs : le confinement, justement, qui prive les enfants de la lumière du jour. Ainsi ces scientifiques confirment la progression de cette incroyable « épidémie » de myopie à travers le monde. Aujourd’hui, dans les pays occidentaux, plus de quatre jeunes sur dix souffrent de ce trouble visuel. En France, il y a 10 ans, on recensait 20 % de myopes. On en compte 40 % aujourd’hui. En Asie, dans certaines zones urbaines de Taïwan, de Singapour, du Japon ou de Corée, 80 à 90% des jeunes sont myopes à la fin de leurs études ! 

 

A qui la faute ?


L’hérédité, facteur de risque majeur, ne suffit pas à expliquer cette flambée des cas à travers le monde. Le manque de lumière naturelle serait en cause. En effet, les myopes voient flou de loin parce que leur cornée est trop bombée : autrement dit, leur œil est trop long. Lorsqu’ils sont exposés à la lumière du jour, les enfants sécrètent davantage de dopamine. Ce neurotransmetteur agit sur l’œil et limite son allongement. À l’inverse, un enfant confiné ou insuffisamment exposé à la lumière du soleil ne fabrique pas assez de dopamine et présente davantage de risques de devenir myope. Les chercheurs chinois évoquent aussi d’autres causes : la consommation des écrans, en forte hausse pendant le confinement, et la mauvaise posture des enfants pendant la lecture ou devant les ordinateurs. En pratique, il n’est pas question d’empêcher les jeunes d’étudier ou de lire. Mais il faut leur proposer de passer plus de temps à l’extérieur et de pratiquer des activités au grand air.

 




Retrouvez-nous sur: Facebook, LinkedIn, Instagram, Youtube, Twitter 


Partager


Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies afin de vous proposer des contenus personnalisés, analyser notre trafic et optimiser nos services. En savoir plus