Préparations Magistrales
by Aprium

Votre Dose Quotidienne de Bien-être by Aprium

Votre Dose Quotidienne de Bien-être

ARTICLE

Cosmétiques : comment les choisir ?

Par Brigitte-Fanny Cohen le 05/06/2020


Brigitte-Fanny Cohen

Chroniqueuse santé

Experte en actu santé, Brigitte-Fanny Cohen rédige chaque jour des chroniques sur les innovations thérapeutiques et les astuces pour venir à bout des maux du quotidien.


Les enquêtes dénoncent régulièrement la composition des produits de beauté. Des centaines de gels douche, shampoings, crèmes, déodorants ou dentifrices, y compris des produits pour bébés, contiennent des substances qualifiées d’indésirables. Quelles sont-elles ? « Principalement des allergènes comme l’isothiazolone -le plus souvent utilisé comme substitut du paraben- qu’on trouve essentiellement dans les crèmes pour le visage ou le corps. Si l’étiquette comporte « méthylisothiazolone » ou « méthylchloroisothiazolone », il vaut mieux tester chez un médecin allergologue ces produits avant de les utiliser, surtout si on a des antécédents d’allergie, car ils sont susceptibles de provoquer des allergies cutanées comme de l’eczéma, de l’urticaire, et plus rarement des œdèmes de Quincke », conseille le Dr Laurent Chevallier, spécialiste de médecine environnementale et nutrition à Montpellier.


Les perturbateurs endocriniens sur la sellette


Dans les crèmes pour le visage et le corps ou les gels douche, on peut déceler la présence de perturbateurs endocriniens : des substances qui, comme leur nom l’indique, perturbent le fonctionnement du système hormonal. « Des composés comme les BHA, BHT, triclosan, butylparaben, propylparaben, après l’application sur la peau, passent rapidement dans le sang. Or certains sont suspectés d’être des perturbateurs endocriniens. Utilisés de façon quotidienne, ils peuvent favoriser des risques d’infertilité, et peut-être certains cancers du sein et de la prostate ; nous devons attendre les conclusions de prochaines études », constate le Dr Chevallier. On peut opter pour des huiles végétales qui contiennent moins de produits indésirables, notamment moins de conservateurs. « Elles ont un pouvoir hydratant identique aux crèmes. Et comme elles ne contiennent pas d’eau, il n’y a pas à craindre de développement de bactéries », ajoute le Dr Chevallier. Faire croire aux consommateurs qu’enlever certaines substances dans la composition d’un cosmétique ou les remplacer par d’autres ingrédients « bio » ou « naturels » solutionne tous les problèmes n’est pas vrai. De même que réaliser soi-même sa crème, dans sa salle de bains, n’est pas dénué de risques bactériens si on la conserve trop longtemps! La meilleure crème est encore celle que notre peau tolère le mieux, fabriquée par des marques, ou à la maison dans les règles de l’art.


Retrouvez-nous sur: Facebook, LinkedIn, Instagram, Youtube, Twitter 



Partager


Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies afin de vous proposer des contenus personnalisés, analyser notre trafic et optimiser nos services. En savoir plus