Préparations Magistrales
by Aprium

Votre Dose Quotidienne de Bien-être by Aprium

Votre Dose Quotidienne de Bien-être

ARTICLE

Et si en Janvier on faisait une pause avec l’alcool ?

Par Brigitte-Fanny COHEN le 05/01/2022


Brigitte-Fanny COHEN

Chroniqueuse santé

Experte en actu santé, Brigitte-Fanny Cohen rédige chaque jour des chroniques sur les innovations thérapeutiques et les astuces pour venir à bout des maux du quotidien.


Le « Dry January » ou le
« Défi de Janvier » propose de ne pas boire ou de limiter fortement
sa consommation. Une opération nécessaire : 2 millions de Français sont
dépendants de l’alcool et 5 millions présentent une consommation trop élevée.
« C’est un challenge positif, ludique et collectif, à relever en famille,
entre amis ou collègues, mais aussi de façon individuelle. Il nous invite à
faire une pause avec l’alcool pendant un mois, juste après les excès des fêtes
de fin d’année.  C’est l’occasion de
donner du répit à notre corps et de réaliser que l’on peut profiter autrement
de moments de convivialité », explique le Pr Amine Benyamina, psychiatre,
président de la Fédération Française d’Addictologie et d’Addict’Aide. Ce défi
permet aussi, à l’heure des bonnes résolutions, de faire le point sur son
rapport avec l’alcool et, éventuellement, de consulter si la difficulté à
arrêter est trop grande.

 

De
nombreux bienfaits

 

Cette démarche n’est pas moralisatrice : même si
l’objectif est celui d’une pause complète pendant janvier, les écarts
permettent aussi d’analyser les motivations qui les ont provoqués. « Elle
apporte aussi de nombreux bienfaits pour notre bien-être : un regain
d’énergie, une meilleure concentration, un sommeil réparateur, une baisse de la
tension artérielle… », souligne le Pr Benyamina.
Au final il s’agit de
retrouver une relation mieux maîtrisée avec l’alcool. « C’est prouvé
scientifiquement : après cette pause, notre consommation d’alcool baisse
car nous avons pu en prendre conscience concrètement », poursuit le
spécialiste. Ne l’oublions pas : que ce soit
par cancers, maladies cardio-vasculaires, cirrhose mais
aussi par accident ou suicide,
l’alcool est responsable d’environ 50 000
décès par an en France.

                                                           

Brigitte-Fanny COHEN

 

















Pour en savoir plus : Times New Roman>www.dryjanuary.fr


Partager


Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies afin de vous proposer des contenus personnalisés, analyser notre trafic et optimiser nos services. En savoir plus