Préparations Magistrales
by Aprium

Votre Dose Quotidienne de Bien-être by Aprium

Votre Dose Quotidienne de Bien-être

ARTICLE

Courir, c’est bon pour la tête et les jambes !

Par Brigitte-Fanny Cohen le 18/05/2020


Brigitte-Fanny Cohen

Chroniqueuse santé

Chroniqueuse santé


Ces adeptes du running ont raison : toutes les études scientifiques montrent l’impact positif d’une activité physique régulière sur la prévention d’un grand nombre de maladies. Pour la course à pied, qui fait travailler l’ensemble du corps, les atouts sont nombreux. « On peut espérer une amélioration de la fonction cardiaque et respiratoire, une plus grande résistance à l’effort, une meilleure utilisation des graisses par l’organisme, avec notamment une régression du mauvais cholestérol au profit du bon, et une augmentation de la masse musculaire qui s’accompagne d’une diminution de la masse grasse », explique le Dr Christophe Delong spécialiste de médecine du sport à Boulogne (92).


Une formidable sensation de satisfaction


Prévention du surpoids, des maladies cardiovasculaires, respiratoires, de l’ostéoporose… Et même davantage : une étude parue dans le Journal of the American College of Cardiology montre que le running peut allonger l’espérance de vie. 5 à 10 minutes chaque jour à moins de 11km/h pourraient faire gagner 3 ans de vie. Inutile de tomber dans une pratique intense et mal encadrée qui peut comporter des risques, notamment pour le cœur et les articulations. Mais, si le running fait autant d’adeptes, c’est qu’il permet aussi de se sentir bien dans sa tête. « Il stimule la sécrétion d’endorphines et de sérotonine dans le cerveau. Ces hormones jouent un rôle primordial car elles inhibent la douleur et provoquent du plaisir à partir de la trentième minute d’effort. On court ensuite plusieurs fois par semaine car on éprouve le besoin de retrouver cette formidable sensation de satisfaction», analyse le Pr Michel Lejoyeux, chef du service de psychiatrie à l’hôpital Bichat à Paris.

Le running permet donc de chasser les coups de blues et de garder le moral au beau fixe. Attention : des études ont montré une facette sombre de la course à pied dont la pratique est parfois si assidue qu’elle en devient addictive. Une dépendance qui, comme beaucoup d’autres, pose de nombreux problèmes et nécessite une prise en charge.

Attention aussi avant de se lancer : un surpoids important, des troubles cardiaques sévères ou encore des problèmes articulaires constituent des contre-indications. Il est conseillé, surtout après 40 ans, de consulter un médecin avant de commencer tout sport d’endurance.


Retrouvez-nous sur: Facebook, LinkedIn, Instagram, Youtube, Twitter 



Partager


Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies afin de vous proposer des contenus personnalisés, analyser notre trafic et optimiser nos services. En savoir plus